Lima la grise

Voilà à Lima il fait gris tout le temps, non non, pas de nuage mais gris ! un plafond si bas qu’on a préféré rester au chaud dans l’appart plutôt que de sortir au risque de se cogner !

La capitale du Pérou nous accueille donc, frais comme des gardons, au terme de 20h de bus ! Manuel nous accueille et c’est déjà l’heure de regarder le premier match de foot ensemble ! Armés de notre petit papier, on note donc consciencieusement les scores, on fait nos pronostics et on mange des ceviches ! Un petit rituel s’installe avec Manuel et Luis, 2 super hôtes qui testent l’expérience couchsurfing pour la première fois.

p1160171.gif p1160168.gif

D’ailleurs ce soir c’est soirée couchsurfing au bar en centre-ville. Ambiance délurée, tout le monde a revêtu les couleurs de son pays ! soirée coupe du monde oblige… Finalement, quelques Pisco Sour plus tard, on ne tarde pas à changer de bar, puis encore une fois pour finir au Sargento, la boîte de leur enfance qui apparemment n’a pas changé d’un poil.

p1050072.gif p1050073.gif p1050104.gif p1050117.gif

p1050108.gif p1050111.gif

On s’endort sans peine sur les bons souvenirs de cette movida Limeña !
Milieu d’aprem, on se décide enfin à sortir balader un peu dehors, ils nous font la visite des quartiers de Miraflores et San isidro, et c’est là que nous rencontrons Mélissa, une Française avec qui nous avions partagé la maison de Cuenca (Equateur) 7 mois plus tôt !!!

p1160103.gif p1160108.gif p1160117.gif

p1160118.gif p1160107.gif p1160119.gif p1160124.gif p1160130.gif  p1160136.gif p1160137.gif p1160131.gif

Incroyable mais vrai, du coup on improvise une soirée à la maison avec Maria et Yago, 2 espagnols qui sont dans le coin aussi ! Quelle despedida ! En effet c’est notre dernière soirée du voyage, demain on prend l’avion pour Madrid, et ce sera la surprise pour les parents ! Rigolo mais pas pratique, les garçons n’ont pas de cuisine ! mais un rice-cooker fera l’affaire ! on réussi des pâtes au pistou…

p1160151.gif p1160152.gif p1160153.gif

p1160158.gif p1160159.gif p1160160.gif

p1050134.gif p1050135.gif p1050141.gif

p1160156.gif

Soirée très sympa, on s’endort comme des bébés en pensant que bientôt on va retrouver notre lit et ne plus porter nos sacs à dos, porter des habits différents, manger du vrai fromage… La liste est longue ! Demain, dernier casse-tête avec nos sacs, il faut tout caser, ne pas dépasser 23kg etc… BON VOYAGE !!

p1160173.gif p1160172.gif

Le retour…

Surprise, Surprise!! on est rentré… Comme ça, sans rien dire à personne (ou presque!)

Comme on a été pas mal occupé a manger toute les bonnes choses qui nous ont beaucoup manqué, ça ne nous a pas laissé beaucoup de temps pour le blog… (la bonne excuse!)

Il nous reste à vous donner nos impressions sur Lima la grise, ensuite on passera aux vacances en France, eh oui faut pas perdre le rythme…

Biz biz à bientôt

Ruineuse Escapade

6-10 Juin. Cuzco y el Machu Picchu !
Après un long voyage en bus de plus (on a laissé tomber le stop depuis notre arrivée en Bolivie…) nous découvrons Cuzco et ses lumières by night. On se laisse guider par une rabatteuse d’hôtel qui nous installe à San Blas, le quartier en hauteur un peu bohème de la ville. Le lendemain on déambule dans les petites rues pavées, d’escalier en escalier, on arrive au comedor, on se gave de jus de fruits (ça nous avait manqué ça depuis l’amazonie !), bref on se la coule douce dans cette ville qui donne des envies de farniente ! Après 2 jours de flâneries très agréables, on se décide à partir à l’assaut des ruines Inca du coin : le Machu Machin chose il me semble… Bref on est Mardi et on se lève tôt afin de grimper dans le bus que nous avons réservé la veille. Malheureusement c’est jour de grève et toute la ville est bloquée, on ne peut ni entrer ni sortir ! Ici c’est pas comme à la Sncf, ils ne préviennent pas 15 jours avant ! c’est le jour même que tu es mis dans le bain ! On attendra donc encore une journée avant de prendre le bus de nuit.

 p1150814.gif p1150823.gif

p1150804.gif p1150807.gif

p1150808.gif p1150826.gif p1150841.gif  

Ici commence l’aventure pour monter jusqu’au Machu Picchu .
Pour rejoindre les plus célèbres ruines du monde, il n’y a pas 36 solutions (quoique de plus en plus !) d’abord pour ceux qui ont des sous et surtout ceux que ça ne dérange pas de payer un billet 100$ a/r alors que les locaux ne payent que 10 Soles (env. 3€) il y a le train, dont Péru Rail a le monopole. Après 4h de trajet, arrivée à bon port. Ensuite pour les sportifs riches et organisés il y a l’Inca Trail un trek de 4 jours qui paraît-il doit s’organiser des mois et des mois en avance tellement il y a de monde sur la liste. Ce trek est aujourd’hui fermé aux particuliers, il y a obligation de contracter une agence et un guide… sans commentaire ! Face à ce succès, les agences ont vite trouvé des chemins de contournement afin de pouvoir proposer des excursions a tout prix. Ensuite il y les malins fauchés qui ont du temps : Nous (et beaucoup d’autres…). Le trajet consiste à prendre un premier bus (env.6h) que nous avons pris de nuit. Ensuite, arrivés à 3h du mat dans le prochain bled, il faut attendre de pouvoir compléter un mini-van afin de poursuivre jusqu’au prochain bled (2h de route). Ici il faut de nouveau attendre qu’un taxi se remplisse pour arriver à Hydro electrica (1h). Et là, après une nuit de trajet cahotique, il te faut encore marcher 2 heures le long de la voie ferrée avant d’arriver à Aguas Calientes (récemment renommé Machu Picchu Pueblo…) la dernière étape avant les fameuses ruines. Crevés par cette nuit de dingue, on décide donc de se reposer, de profiter des happy hour 4×1 des nombreux bars de cette petite ville qui ne vit que du tourisme, mais qui en vit très très bien !!
L’ascension : la mission de la journée est d’arriver à avoir un ticket pour le Wayna Picchu, le mont qui domine le site à 600m au dessus des ruines qui elles-mêmes sont déjà à 2438 m d’altitude. Donc après 1h de montée rapide dans la nuit noire, on arrive à l’entrée, et là une queue d’exactement 323 personnes attendent déjà d’avoir le fameux sésame qui sera donné aux 400 premiers ! quelle histoire ! enfin bref on l’a eu ! mais on hallucine quand même de voir ce monde… on était bien plus tranquille aux ruines de Kuelap (pour ceux qui s’en souviennent…). Et arrive 6h, l’heure de pénétrer dans l’enceinte. La brume persiste, le guide n’arrête pas de dire que s’il y avait du soleil, on verrait cette ombre sur cette pierre qui dessinerait l’œil du puma ou je ne sais quoi ! bref vers 10h, non sans avoir fait une offrande au temple du soleil, l’astre suprême apparait enfin et nous dévoile la magie du lieu. 10h c’est aussi l’horaire d’accès au Huay na Picchu du 2ème groupe dont on fait parti. Tout le monde se rue donc en haut de ce mont qui nous offre une vue incroyable sur toute la vallée et les ruines qui selon certains auraient la forme d’un condor depuis là-haut. On profite donc de ce moment privilégié avec 198 autres personnes… puis il est l’heure de redescendre et de refaire l’épuisant trajet en sens inverse jusqu’à Cusco !! Petite clin d’œil à Paul et Steph, avec qui on se suit, on se croise et se recroise, sans jamais s’organiser : 5 fois au total !

p1150865.gif p1150877.gif p1150883.gif 

p1150884.gif p1150886.gif p1150936.gif

p1150873.gif  p1150888.gif p1150897.gif 

p1150949.gif p1150968.gif p1150974.gif

p1160032.gif p1150999.gif p1160020.gif 

p1160037.gif p1160042.gif p1160053.gif 
p1160064.gif p1160089.gif

Retour à Cusco, match France-Uruguay au bar, et bus de nuit pour Lima (seulement 20h de trajet…) où nous attendent Luis et Manuel, nos nouveau hôtes Couch Surfing !

Isla bonita

Isla del Sol

02-05 Juin

Josu et Claudia décident de nous accompagner pour un trek de 4 jours autour de l’île du soleil, la plus grande île du lac côté Bolivien. Armés de la tente 4 places (merci papa) d’un peu de bouffe et d’une photocopie du trek Lonely Planet, on part à la rencontre de cet îlot et de ses mystères. On découvre un paysage aride contrasté par les cultures de fèves et quelques forêts d’Eucalyptus, de l’eau à perte de vue, on se croirait plus en méditerranée qu’au milieu d’un lac en Bolivie. Chaque pas nous coûte un peu (normal on est toujours à 4000m) mais les vues qui se dévoilent et les paysages qui  se succèdent nous encouragent toujours un peu plus. Sur la rive, un peu plus loin s’élève la cordillère Royale et ses volcans enneigés à plus de 6300m. Première nuit près d’un village en hauteur, à côté d’une pizzeria perdue au milieu d’un bosquet. Premier feu, bois humide, un peu galère. On parvient quand même à se faire griller nos saucisses et nos fèves ramassées plus tôt. Ambiance camping, coucher du soleil, dijeridoo (que Claudia a décidé de transporté pour 3 jours de rando) et dodo.

p1150578.gif p1150595.gif p1150597.gif

p1150604.gif p1150605.gif p1150606.gif

p1150621.gif p1150619.gif p1150611.gif 

p1150633.gif 

2ème jour de marche fatiguant qui nous permet de monter au pic de l’île et repos mérité après descente infernale au bord de l’eau. Tentative de pêche pour Romain mais sans succès.

p1150641.gif p1150648.gif p1150658.gif

p1150664.gif p1150686.gif p1150692.gif

3ème jour, découverte des ruines Tiwanakus et des chemins un peu plus empruntés, baignade sur une plage paradisiaque (quand je vous disais qu’on se croirait en méditerranée…) et campement face au soleil couchant, à la cordillère royale et même prêts pour le soleil levant du lendemain matin. Malheureusement le lendemain le soleil ne s’est jamais levé, on a plié le campement sous la pluie et on est vite partis à la recherche d’une embarcation qui voudrait bien nous ramener à Copacabana. (petite pensée nostalgique à Bernadette et Monique, nos partenaires de contrée préférées en voyant 4 autres Français y jouer sur le bateau…). Retour à Copacabana, adieux à Josu et Claudia qui retournent sur la Paz, quant à nous, retour au Pérou direction Cuzco et le Machu Picchu !

p1150722.gif p1150725.gif p1150745.gif

 p1150727.gif p1150758.gif

p1150784.gif p1150781.gif

p1150787.gif

La Paz-i paisible

29-31 mai

La Paz

La chance est avec nous, on débarque pile le jour du Gran Poder. LE jour de fiesta à la Paz. Cette date est décidée quelques mois avant sa célébration, et pas moins de 60 groupes de danseurs et musiciens déguisés défilent dans les rues de 9h à 2h du matin. Des gradins sont improvisés (bancs, chaises, tabourets, tout y passe !) afin de permettre aux spectateurs de suivre le défilé tranquillement, vendeurs ambulants de glaces, de sandwichs et de refresco se succèdent. Une bonne occasion de faire la fête et de boire jusqu’à en tomber par terre pour les Boliviens qui normalement sont plutôt moroses.

p1150535.gif

p1150472.gif p1150534.gif p1150475.gif 

p1150550.gifp1150549.gif

p1150493.gif p1150495.gif p1150552.gif 

Nous dans tout ça, on visite quand même la ville, on retrouve Josu notre pote Espagnol rencontré à Manaus, on fait du shopping, et la route de la mort en VTT ! La Paz est une ville qui fourmille, les collectivos se klaxonnent sans arrêt, les rues sont encombrées de vendeurs d’artisanat local, les marchés aux légumes nous réservent de belles surprises, les vendeuses de vêtements et tissus sont confortablement installées au cœur de leur étal telles de vrais pachas. On prend nos habitudes au comedor du coin pour un petit déj de sandwich à l’avocat et à l’œuf, accompagné d’un Api, drôle de jus de fruit épais, chaud et sucré, quelques beignets à l’anis et un jus de fruit frais sur le pouce. Après avoir bien profité de la capitale, direction Copacabana au bord du lac Titicaca. Au terme d’un trajet de 3 h avec bébé en pleur à bord (qui est passé entre les mains de toutes les passagères avant de s’endormir) nous arrivons enfin.

p1150516.gif p1150561.gif p1150557.gif

grain de sel, grain de sable

25-28 mai Sud Lipez / Salar d’Uyuni..

Les agences sont moins nombreuses qu’à Uyuni mais il faut quand même prendre le temps de bien choisir car du guide et de la cuisinière vont dépendre tout le séjour. Nous partirons donc avec « Grano de oro » représentée par Oshyn et Marta. Anne et Pierre, un couple de Parisiens, complètent l’équipée. Départ vers 8h après un petit déj au pain dur (ah oui mais on est dimanche !). Beaucoup de km et d’heures de jeep nous séparent de notre première étape, et les paysages sont assez monotones. On apprécie tout de même le luxe d’avoir une cuisinière à bord qui nous prépare pic nic sur nappe colorée en plein désert, nous fournit des biscuits à 10h et des sucettes à 16h… eh oui on ne mourra pas de faim ! Arrivée tardive à Quetena, petit village sans lumière perdu au milieu du désert, le propriétaire du dortoir nous accueille rapidement, Marta investi la pièce consacrée à la cuisine tandis que l’on attaque notre goûter (juste avant diner) ! Une soupe de légumes et une côtelette de lama plus tard, tout le monde au lit sous pas moins de 5 couvertures…
Toc, toc, toc, les amis, le piti déjeuner est prêt ! Oshyn nous réveille avant le soleil et on se remet en route. Longue journée, beaux paysages ; dont la célèbre Laguna Verde qui change de couleur avec la lumière et le vent, plusieurs lagunes blanche de borax, el desierto de Dali (qui aurait peint ce paysage sans en connaître l’existence), les geysers de boue « Sol de Mañana » et au final la laguna Colorada et ses flamands roses au coucher du soleil.

p1140914.gif p1140942.gif p1140937.gif 

p1140966.gif p1140951.gif p1140964.gif

p1140974.gif p1140982.gif p1150036.gif

p1150011.gif p1150014.gif p1150039.gif

p1150044.gif p1150058.gif p1150064.gif

p1150105.gif p1150112.gif p1150117.gif

p1150126.gif p1150127.gif p1150137.gif

p1150144.gif p1150141.gif p1150149.gif

p1150167.gif p1150170.gif p1150189.gif

p1150180.gif p1150192.gif

2ème hôtel glacial, on passe à 6 couvertures et on se réveille de nouveau aux aurores. Notre jeep qui a mon âge n’avance pas beaucoup comparé aux autres ! On avance en parallèle avec une voiture composée d’un Français et 3 Australiennes, c’est marrant de se retrouver le soir aux mêmes étapes ! La 3ème journée se succèdent encore des paysages à couper le souffle, on a droit à l’arbol de piedra, la palette de couleurs qui revêt les montagnes est digne des plus grands peintres, encore quelques lagunes. C’est aussi ce jour là que l’on croise un homme qui court seul dans ce désert à la recherche d’aide et d’un véhicule ! son camion est tombé en panne à quelques km d’ici et il marche depuis une quinzaine d’heures… On l’emmène donc jusqu’à l’intersection avec une route un peu plus passante afin qu’il rallie la ville la plus proche ! Le soir on arrive dans notre fameux hôtel de sel, le clou de l’excursion arrive, demain on verra le soleil se lever sur la plus grande étendue de sel au monde : le salar d’Uyuni.

p1150199.gif p1150207.gif p1150212.gif

p1150218.gif p1150223.gif p1150228.gif

p1150243.gif p1150253.gif p1150262.gif

p1150278.gif p1150282.gif p1150287.gif

p1150288.gif p1150305.gif
Effectivement une journée magique se prépare, alors que notre jeep s’élance dans cette grande étendue blanche, sur fond de musique Péruvienne (une chanson qui pourrait bien servir à TF1 pour son hymne de l’été, qu’on aura entendue en moyenne 20 fois par jour dans la voiture…), les couleurs changent, la pleine lune brille d’un éclat fantastique et en face le soleil se lève peu à peu… Indescriptible ! Bientôt nous somment au sommet de la Isla del Pescado, une forêt de cactus vieux de 9000 ans, ancien lieu de fiesta des indiens qui se retrouvaient là pour faire une halte à mi-chemin entre deux villes. On prend le temps d’apprécier la magie des lieux, seuls au monde. En bas, s’agglutinent déjà une dizaine de jeep, notre petit déjeuner nous attend. Marta est contente d’arriver au dernier jour de voyage, on a même droit à des super pancakes à la dulce de leche ! Tradition oblige, un match de foot est organisé au cœur du salar, les Boliviens (chauffeurs et guides) contre les touristes ! Eh bien même à 3650m d’altitude, un grand bravo aux touristes qui ont gagné (certainement grâce à Pierre et Romain…) Suite à cette session sport, direction un coin tranquille pour tirer quelques photos. Session frisson pour Anne et Marion qui ont le droit de rester sur le capot et de voir défiler ce blanc à perte de vue à toute vitesse ! Dernier pic nic sur une aire à touristes, artisanat et bouffe locale sont réunies. L’arrivée à Uyuni ne nous réserve vraiment rien de particulier, on laisse passer le temps autour d’une dernière bière en attendant notre bus pour la Paz.

p1150316.gif p1150322.gif p1150324.gif

p1150327.gif p1150336.gif

p1150351.gif p1150339.gif p1150345.gif

p1150368.gif p1150380.gif p1150354.gif

p1150388.gif p1150427.gif p1150437.gif

p1150435.gifp1150452.gif

4 jours de safari-photos, malheureusement peu de chance de découvrir ces endroits par nous-mêmes. Au final, expérience intéressante, agréable de se laisser faire pendant quelques jours. Et les photos parlent d’elles-mêmes quant à la beauté des paysages que nous avons découvert.

Impressions Boliviennes

20-21 Mai – Potosi-Tupiza

Histoire de s’imprégner vraiment de la vie Bolivienne, on monte dans un bus à destination de Potosi. On est bien loin du confort des bus Argentins ! Les sièges sont déglingués, les Polleras et leurs gros jupons prennent toute la place, ça sent la transpiration, ou les pieds, et la télé bredouille. Bref  après 8h interminables, on arrive enfin à Potosi. La nuit les rues sont calmes, à part quelques borrachos qui traînent près des boîtes karaokés. 11h  du soir, seuls les kiosques à hamburguesa et salchipapas sont ouverts, restauration rapide et effondrement.

p1140753.gif p1140756.gif p1140687.gif

p1140729.gif p1140735.gif Au matin, on découvre la ville avec plaisir, petites rues escarpées, entrelacées, dominées par le fameux Cerro Rico, la mine d’argent de Potosi qui a fait la gloire de l’Espagne. On se balade de place en place puis on se décide à s’approcher de cette montagne, un vrai gruyère où les mineurs s’activent. Finie l’époque de la colonisation, les cours des minerais comme l’argent et le zinc se sont effondrés du coup les riches exploitants sont partis et la mine est restée. A présent, les mineurs travaillent pour leur propre compte, ils s’achètent eux-mêmes dynamites et lumières pour continuer d’extraire des minerais. Ils sont regroupés en coopérative et l’état les aide seulement pour le logement. Leurs habitations forment une ville en dehors de la ville avec école, bar, terrain de sport et surtout hôpital. Nous avons appris tout ça, et autres légendes et histoires  grâce à Freddy, un mineur de 20 ans, qui guide les rares touristes qui arrivent par leurs propres moyens jusqu’à la mine. Nous avons fait le choix de ne pas entrer dans ces sombres couloirs, mais de nombreuses agences du centre-ville propose l’excursion à la mine pour une grosse somme et ne reverse quasiment rien à la coopérative. En échange de quelques Bolivianos et d’une leçon de Français on a eu de bonnes explications et surtout fait une belle rencontre.

p1140724.gif p1140709.gif p1140723.gif

p1140722.gif

Sur le chemin du retour, on s’arrête sur un petit marché, on goûte à tout ce qui nous tombe sous la main, jus de cacahuète, beignet de patates, pâte d’amende, salteñas, beignets sucrés, glaces à la cannelle tournée à la main, gâteaux au citron, on s’arrête plus ! Aujourd’hui, c’est la fête de la jeunesse dans la ville, du coup il y a pas mal d’animation. Au final Potosi est une ville très chouette, vivante, avec beaucoup de caractère. Le soir on s’embarque pour une nouvelle nuit dans un bus à destination du Tupiza, sur les pas de Butch Cassidy et Sundance Kid…

TUPIZA
Arrivée très matinale (trop), donc une fois de plus hôtel et repos après cette nuit en bus interminable. Tupiza est une ville agréable, c’est jour de marché du coup on en profite pour goûter encore à tout ce qu’on peut ! On se décide pour une escapade de 2 jours à cheval dans les vallées alentours. Une super balade avec des paysages fabuleux, formations rocheuses toutes aussi surprenantes les unes que les autres, avec des noms qui le sont tout autant. Hébergement rustique, soirée cartes avec le groupe d’autres cavaliers. Excursion sympa, malgré le guide qui avait son caractère…

p1140816.gif p1140837.gif p1140805.gif

p1140855.gif p1140808.gif p1140860.gif

p1140776.gif p1140779.gif p1140841.gif p1140834.gif

Il est temps pour nous de partir voir les trésors du Sud-lipez et du Salar d’Uyuni. Ainsi après s’être préparé les fesses sur le cheval, on va s’achever en 4 jours de jeep sur pistes caillouteuses.

Camping (car…)

14-20 Mai

De San Pedro de Atacama à la frontière Bolivienne.

Voila, voila, ne vous impatientez pas! on est toujours en vie, mais comme prévu les connexions en Bolivie tiennent toutes leurs promesses… pour une mise à jour, là on est à la Paz  ;-)

Les nuages incertains et accrochés au dessus du Licancabur font peur à notre pilote. Du coup changement d’itinéraire, on passe par le Nord du Chili et le parc Lauca afin de pouvoir rejoindre la Bolivie par la route. Un peu déçu de passer si près du Salar d’Uyuni et de ne pas y aller, on grimpe quand même dans le camion pour un itinéraire de plus de 800km avant de rejoindre le parc national de Lauca, le plus au nord du Chili, frontière avec la Bolivie et le parc Sajama.

p1140525.gif

On décide de longer la côte plutôt que de prendre la Panaméricaine, ce qui nous rallonge un peu la route et on n’a pas le temps d’arriver à Iquique avant la nuit. 18h on choisit le bivouac, on coupe le moteur sur une esplanade au bord de l’océan, et on est prêt à passer notre première nuit en camping-car. Un rituel se met bien vite en place, Romain cuisine, Marion l’aide (un peu) et Gérard fait la vaisselle ! 21h, après avoir déplié les lits, tout le monde dort !

2ème jour, escale à l’heure du déjeuner à Iquique, un important port du Chili. Au menu du Marché ; soupe de poulpe aux oursins et gratin de crabes. Un régal. Au rez-de-chaussée étalage d’espadons tous plus gros les uns que les autres, des fruits de mer en pagaille, et des portions de céviche, coquillages et oursins tout frais prêts à être dégustés à la petite cuillère pour un prix dérisoire (2€ les 200gr d’oursins décortiqués !). On embarque donc notre portion en pensant aux toasts beurrés de ce soir !

p1140110.gif p1140112.gif

Le centre ville d’Iquique est assez joli, avec ses maisons de bois colorées bien conservées, mais on repart en direction de l’ancienne exploitation minière de Nitrate : le village fantôme d’Humberstone. Cette ancienne ville de 5000 habitants (à la grande époque) a été abandonnée en 1960 avec la fin de l’exploitation. Tout a été conservé du mieux possible, et certains lieux sont chargés d’émotion, notamment la Piscine en tôle et ses gradins qui semblent avoir été désertés hier à peine. Ou l’école, où l’on peut encore voir les pupitres et leurs graffitis qui semblent avoir été abandonnés juste pour les vacances. Le ciel menaçant ajoute à ce décor de cinéma une atmosphère poignante.

p1140113.gif p1140184.gif p1140228.gif 

p1140120.gif p1140147.gif p1140152.gif

Plus tard on remontera encore plus loin dans le passé en faisant notre deuxième bivouac aux pieds du Gigante de Atacama, un géoglyphe sur flanc de montagne. Coucher de soleil splendide sur le désert, puis plus tard pluie… en plein désert ça fait tout drôle !

 p1140236.gif p1140231.gif 

3ème jour, on prend la route en direction d’Arica. Notre dernière chance de passer par les montagnes afin de découvrir la cordillère et ses trésors d’un peu plus près nous échappe encore. Le camion aménagé 4×4 camping-car ne veut pas prendre de risques de passer par les pistes, du coup direction Arica, cette fois-ci la dernière ville du Chili avant le Pérou (ou la Bolivie). Arica est une ville bien moche, surtout par temps maussade un dimanche. Quelques empanadas plus tard, on se dirige vers le seul point d’intérêt ; le musée des momies Chinchorro. Ce peuple de pêcheurs conservait leurs défunts en les démembrant, puis reconstituait le corps à l’aide de peau de phoque, de paille et de terre rouge ou noire suivant la tribu. Bref assez impressionnant surtout de voir quelques exemplaires ! mais très intéressant de découvrir leur histoire et leur manière de vivre. Cette nuit on grimpe à 3000m direct, histoire de s’acclimater avant d’arriver au parc. Les couleurs du soleil couchant sur la vallée sont magnifiques, dommage qu’il fasse déjà trop sombre pour de belles photos.

p1140255.gif p1140258.gif p1140292.gif

4ème jour, le soleil est revenu, on se réveille entouré de montagnes enneigées, il commence à faire froid ! Direction Putre, le dernier gros village avant la Bolivie. Arrêt aux thermes de Jurasi histoire de se délasser un moment, puis dernier bout de route avant de découvrir le dessus du gros gâteau meringué de la région : Le volcan Parinacota qui culmine à 6342m rien que ça ! nous on passera la nuit à 4400m ce qui est déjà bien frais !

p1140287.gif p1140308.gif p1140325.gif 

5ème jour de cohabitation dans le camion, tout va bien, les nuits en altitude se font de plus en plus fraiches, mais on a le confort du chauffage, c’est vraiment grand luxe ! Le village de Parinacota est tout mignon, la fameuse église et son toit de chaume trône sur la place où des vendeuses d’artisanat son postées nonchalamment à chaque angle. On part se faire une balade vers les lagunes de Cotacotani, peu à peu on s’habitue à l’effort et les paysages splendides que l’on découvre n’y sont peut être pas pour rien ! Arrivés sur un bofedal (zone de verdure dans le désert), on rencontre un berger très sympa (qui nous apprend enfin à distinguer les lamas des alpagas), il garde ses lamas un bouquin à la main. Heureux ! Comme on est parti un peu vite sans anticiper le pic-nic, on rejoint vite le camion histoire de se restaurer un coup. En fait ce qu’il faut dire c’est que notre ami Gérard est là en repérage en attendant que sa copine le rejoigne, du coup pour l’instant il ne fait les choses qu’à moitié et nous on est un peu contraints de suivre et de faire des demi-randos … Dernière nuit au bord du lac Chungara (4500m) dominé par le Parinacota, couleurs au coucher du soleil comme au lever incroyables ! On brûle la pellicule !

p1140429.gif p1140347.gif p1140359.gif

p1140372.gif p1140381.gif p1140404.gif

p1140481.gif p1140400.gif p1140493.gif 

p1140496.gif p1140492.gif

6ème jour, on passe enfin la frontière Bolivienne. Les longues nattes qui dépassent des chapeaux melons des Boliviennes se baladent sur leurs jupes colorées, les bébés dorment paisiblement dans leur dos, les vieux mâchent de la coca, on débarque vraiment dans un autre monde ! A la frontière, les lamas se baladent au milieu du joyeux bordel que forment les innombrables camions, bus surchargés et douaniers pas trop débordés.

p1140498.gif p1140683.gif p1140513.gif 

La Bolivie, c’est aussi 4 empanadas pour le prix d’une seule au Chili ! Le petit village de Sajama marque l’entrée dans le parc national du même nom ; situé au cœur de la pampa, entouré par pas moins de 3 volcans, de beaux cônes parfaits, avec juste ce qu’il faut de neige pour les photos. Le paysage est splendide (je me répète là, non ?), des troupeaux de lamas et alpagas à pompons colorés broutent ce qu’ils peuvent. Après quelques km de piste en plus, on arrive sur un site de bassins d’eau thermale, tout à coup la notion de salle de bain prend une autre dimension… On décide de passer la nuit à côté du site des geysers afin de les voir au mieux de leur forme le lendemain matin. Alors qu’on progresse sur la piste, se dévoile petit à petit une vallée magnifique, et au milieu les geysers. Certes moins impressionnants que ceux du Tatio, mais de les avoir pour soi tout seul, dans ce décor de rêve, ça fait toute la différence !

p1140543.gif p1140572.gif p1140565.gif

p1140620.gif p1140552.gif p1140590.gif

p1140661.gif p1140672.gif  

7ème (et dernier jour !), réveil très matinal, balade rapide autour des geysers et on met les voiles ! Préchauffage du camion, et l’escargot se met en route. Environ 200 bornes nous séparent de notre prochaine destination ; Patacamaya où G. va nous déposer avant de continuer sa route vers la Paz. On parcourt l’Altiplano avec plaisir, les paysages qui se succèdent sont tous différents, formations rocheuses lunaires, cultures en terrasse, petits villages, chapelle sortie de nulle part. On apprécie nos dernier km en camion avant de reprendre notre route en amoureux !

Au final le voyage en camion fut une bonne expérience, bien qu’un peu frustrante, car c’est pas nous qui décidons de la route ! Et bien que G. soit très fier de son camion tout équipé 4×4, il roule à 10km/h sur les pistes (et encore s’il peut les éviter c’est mieux…) et 80km/h sur route pour préserver son véhicule et sa maison qu’il trimballe derrière ! On a quand même apprécié le fait de pouvoir se poser n’importe où devant des décors de rêves, d’avoir chaud alors que dehors il fait -15°, de cuisiner à l’intérieur… fin voilà l’expérience camping-car s’achève sur de bons souvenirs, et donne des envies d’indépendance ! Car le stop c’est bien beau, mais en Bolivie, ça ne marche pas !

In the desert…

8-13 Mai

San Pedro de Atacama

Le village de San Pedro c’est un peu Disneyland ! Beaucoup de touristes, des hôtels, des restaurants, des bars, des agences qui organisent des tours dans tous les sens (faut dire qu’il y a beaucoup d’attractions autour de San Pedro !)et comme c’est très bien conçu, impossible de louer une voiture ici ; il te faut rouler une centaine de kilomètres avant d’approcher la grande ville la plus proche : Calama.

Bref à part tout ça, c’est quand même mignon, et les environs sont effectivement magiques. Et nous choisirons de les découvrir à vélo ou en stop ! Donc après une première nuit réparatrice (les nuits en bus c’est jamais top !) on se loue de bons vélos et on part à 25km de là découvrir la laguna Cejar dans l’immensité du désert d’Atacama. D’un bleu intense de loin, vert profond de près, cette lagune bordée de cristaux de sel est tout simplement splendide. Juste à côté, on peut même se laisser flotter dans la lagune Piedra dont les abords sont moins coupants.

 p1130432.gif p1130445.gif p1130449.gif

 p1130541.gif p1130413.gif 

Retour en plein cagnard puis après avoir passer l’heure de la sieste, on enfourche de nouveau nos montures en direction de la Garganta del Diablo, un petit canyon très étroit où le vélo passe à peine.  On traverse une rivière puis on s’engage dans cette gorge étroite qui nous révèle des surprises à chaque virage. On finit par déboucher sur un espace plus aéré, spectacle de formes étranges, couleurs étonnantes. On décide de monter le petit sentier pour avoir un meilleur point de vue, et là on découvre que de petits sentiers continuent sur le plateau. Confiants on se dit qu’il doit bien en avoir un qui rejoint San Pedro ! Malheureusement 1h de pédalage dans le sable plus tard, on ne l’a toujours pas trouvé, l’heure du coucher du soleil est bien passée depuis un moment, donc on décide sagement de faire demi-tour à la frontale ! Bref après 100 bornes dans la journée on est bien contents de retrouver le confort de notre jolie chambre en adobe.  Parce que l’air de rien, si la journée on se dessèche au soleil, une fois les derniers rayons de soleil disparus, il fait un froid glacial. On est quand même à plus de 2400m d’altitude !

p1130532.gif p1130552.gif p1130555.gif

Le lendemain, pour reposer nos fesses endolories, on part en stop pour Toconao un petit village typique à 35km. Facile ! on arrive, on visite le petit village, la vallée de Jere ou un  ruisseau d’eau claire arrose les parcelles des habitants qui viennent cultiver un bout de terre au creux de ce canyon verdoyant. Profusion de coings, de poires, de figues ! Un petit paradis. A une trentaine de km plus loin, il y a la laguna Chaxa, lieu de vie de 3 espèces de flamands roses au cœur du désert de sel. Mais comme on a toujours pas de voiture, on continue notre aventure d’autostoppeurs… Finalement après une camionnette Heineken, un bus de miniers, et le pick-up des guardaparques (qui ont carrément fait demi-tour pour nous emmener, 10km à pied ça va, mais dans le désert on a dû leur faire pitié!), on arrive enfin à cette fameuse lagune au bout de 2h de trajet ! Le spectacle valait effectivement le détour ! Au retour, ce sera un des gars qui bossait sur le chantier près de la lagune qui nous fera faire les premiers 10km puis le même bus qu’à l’aller, et enfin 2 Hollandaises qui avaient loué un beau 4×4 (elles !). Comme quoi même sans agence on peut y arriver !

p1130580.gif p1130609.gif 

p1130626.gif p1130631.gif p1130642.gif

Par contre s’il y a bien une excursion qu’on ne peut faire sans une agence c’est bien les Geysers du Tatio. Départ à 4h du mat’, 2h de piste cahoteuse avant d’arriver sur un champ de geysers. Ambiance magique de l’aurore, la vapeur qui s’échappe de ces trous dans le sol est impressionnante. Petit à petit le soleil apparaît, réchauffe nos pieds et nos mains (gelés à -15°…). Les contre-jours au travers des fumées sont féériques. Le clou de la sortie est d’aller se tremper dans un bain d’eau thermale à 30°. Désolés mais même si l’eau est relativement chaude, dehors il fait toujours que 2°, donc on se contentera de se tremper les pieds ! Au retour, arrêt dans un petit village « typique » Machuca, dégustation de brochettes de lama, et photos des figurants (petits vieux et bébés lamas à pompons colorés!) non sans rémunération bien sûr. Les lamas ont fait plein de bisous à Romain, ça doit être la barbe…

p1130666.gif p1130678.gif p1130717.gif

p1130719.gif p1130707.gif p1130752.gif 

p1130747.gif p1130797.gif

p1130840.gif p1130856.gif p1130839.gif  

p1130869.gif p1130886.gif

 

Redescente tranquille vers San Pedro, marché ; une fois par mois ! ça vaut le coup de s’arrêter, surtout qu’on doit commencer à préparer les provisions pour la traversée du sud Lipez et du Salar d’Uyuni en Bolivie. On a eu la chance de rencontrer Gérard, un  chasseur Alpin de Chambéry à la retraite, qui a emménagé un camping-car équipé 4×4 et prévoit justement de passer en Bolivie dans les jours à venir, voyageant seul il veut bien nous emmener… ce qui une fois de plus nous évitera de passer par une agence… on est très contents ! (pour l’instant). Donc on fait le plein de fruits et légumes, de fromage et de pâtes en prévision du départ. Dans l’après-midi, toujours en soif d’aventure, on reloue les vélos pour partir à l’assaut de la vallée de la luna. L’attraction la plus touristique et surtout la plus proche du coin. En tout une quarantaine de bornes aller-retour, comme d’hab le retour se fera à la frontale ! (coucher de soleil oblige !). Ce qu’on retiendra de cette sortie ce sont les craquements des murs de sel dans le silence du désert, et les formations spectaculaires entre roches et dunes. Le lendemain normalement on quitte San Pedro…

p1130901.gif p1130925.gif p1130935.gif

p1130948.gif

Le Commandant Gérard nous attend pour 10h le lendemain matin, donc ce soir, c’est rangement des sacs et derniers préparatifs. Sauf qu’au réveil ; surprise, ya un problème d’amortisseurs avec le camion, donc départ après les réparations et durée de l’attente indéterminée. Autant dire que le moral est dans les chaussettes… on ne sait pas quoi faire, combien de temps on va attendre… trop d’incertitudes. On décide quand même d’attendre jusqu’au lendemain matin la réponse définitive. On s’invente rapidement un programme pour la journée, et on part (en stop) pour le rio Puritama. Alors qu’on marchait dans le désert et que deux voitures nous sont lâchement passées à côté, Pancho  et son 36 tonnes tout neuf se sont enfin arrêté. Même destination que nous : le km 22 sur la piste qui mène aux geysers. Il nous arrête donc, le temps de son déchargement qui durera bien 3h, au bord d’un petit canyon où coule une jolie petite rivière, poussent des cactus énormes, et des buissons de plumeaux tout doux ! un petit coin de paradis pour baignade et pic-nic. On redescend avec notre chauffeur jusqu’à San Pedro, juste avant le coup d’envoi du match (coupe du Chili) qui oppose une équipe de 1ère division à San Pedro. A en croire les supporters installés dans les gradins depuis 9h du matin, ce doit être important !…

p1130978.gif p1130998.gif p1130970.gif 

p1140040.gif p1140042.gif p1140039.gif 

p1130974.gif

Le soir venu, en pleine soirée théma Ricardo Darin (le Gérard Depardieu Argentin) c’est notre ami Gérard qui frappe à la porte ! le camion est réparé, on va pouvoir partir demain matin pour la Bolivie…

Entre ciel et océan

4-6 mai - La Serena

La Serena est une ville portuaire qui ne présente en soi pas beaucoup d’intérêts, en revanche ses environs regorgent de jolis endroits où passer la journée. On part donc à la découverte de la vallée del Elqui. Parsemée de nombreux petits villages, cette belle vallée ensoleillée suit le cours du rio Elqui. Son climat privilégié et ses terres fertiles permettent la culture de la vigne qui produit le fameux Pisco. Mais l’endroit est aussi terre de rêves et de fantasmes, relayés par diverses communautés spirituelles qui s’y sont installées. Selon elles, la vallée serait le centre énergétique de la planète et même le point d’atterrissage d’ovnis… nous on n’en a pas vu, mais il faudrait peut être demandé aux nombreux observatoires astronomiques qui surplombent la vallée. Malheureusement on ne bénéficiera pas d’un des 300 jours de soleil par an annoncé, et pour regarder les étoiles  c’est pas notre jour !

p1130137.gif p1130158.gif

p1130189.gif p1130161.gif p1130222.gif

Deuxième excursion au programme, la réserve nationale des pingouins de humboldt à quelques 120km de piste caillouteuse de la Serena. Là encore le temps n’est pas avec nous, on aperçoit quand même quelques pingouins rigolos qui remontent difficilement mais sûrement la côte de l’île, un groupe de lions de mer qui se font des câlins sur un rocher, des loutres, et beaucoup d’oiseaux. Malheureusement pas de soleil, ni de dauphins qui d’habitude suivent les bateaux qui s’approchent de l’île. On avait prévu de camper sur place, sur une plage idyllique,  mais encore une fois voyager hors saison n’est pas toujours à notre avantage ! Nous passerons donc la nuit dans le bus qui nous emmène à San Pedro de Atacama au nord du pays, en principe notre dernière étape Chilienne avant la Bolivie… la fin se rapproche douloureusement !

p1130243.gif p1130236.gif p1130285.gif

p1130353.gif p1130288.gif p1130321.gif 

Page suivante »



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 65 articles | blog Gratuit | Abus?